top of page
  • Innovafood

FOODTECH EN EUROPE : QUELLES PERSPECTIVES POUR 2022 ?


Avant de voir vers quoi vont tendre les tendances de la Foodtech en Europe pour 2022, intéressons-nous d’abord aux chiffres clés* de 2021. En effet, après une année où les investissements dans la Foodtech ont relativement stagné du fait de la crise du Covid-19, ils sont repartis à la hausse en 2021. Les start-ups européennes ont investi 9,5 milliard d’euros en 2021. Les investissements ont triplé par rapport à 2020 et cela est notamment dû aux investissements dans les startups de livraison de courses. Cette augmentation des investissements a permis à l’Europe d’augmenter sa part dans l’écosystème mondial de la Foodtech en passant de 12% à 20%.


Et voici les chiffres clés de 2021 les plus importants à retenir :

  • 9,5 milliards d’€ qui correspond au montant total investi dans les startups de la FoodTech européennes en 2021

  • 19 qui correspond au nombre de levées de plus de 100 millions d’€ qui ont été réalisées

  • 13 qui correspond au nombre de licornes (startups valorisées à plus de 1 milliard d’euros par des fonds privés) FoodTech en Europe

  • 53% qui correspond à la part des investissements réalisés en Allemagne, au Royaume-Uni et en France

  • 75% qui correspond à la part des investissements qui ont été faits dans des startups localisées dans seulement 10 villes européennes (Berlin, Londres, Paris, Amsterdam, Copenhague, Stockholm, Helsinki, Dublin, Tallinn et Barcelone)


Les tendances pour 2022


Dans le domaine Agtech

3 points clés à retenir dans ce domaine :

  • L’augmentation des investissements dans les startups tournées vers les insectes pour l’alimentation animale. Les insectes comme aliments pour animaux de compagnie pourraient être un nouveau marché pour les startups travaillant sur les insectes, encore faut-il que les propriétaires soient prêts à nourrir leurs animaux avec des insectes.

  • Stagnation des investissements dans la robotique agricole alors qu’ils se développent fortement aux États-Unis.

  • Augmentation spectaculaire des investissements dans les fermes urbaines : 435 millions d’€ investis en 2021 ce qui représente la moitié des investissements totaux de l’Agtech (860 millions d’€).


Infarm, startup qui développe des fermes urbaines

Et voici l’exemple de la startup Infarm qui se développe dans le domaine des fermes urbaines puisqu’elle est déjà présente dans 11 pays et souhaite s’étendre encore. C’est la seule licorne AgTech en Europe : elle a levé plus de 550 millions d’€ depuis sa création en 2013.






Dans le domaine Delivery

2 points clés à retenir :

  • Levée de fonds inédite par les startups du quick-commerce (Startups exploitant des dark stores pour apporter des produits d’épicerie aux consommateurs presque instantanément) qui ont levé exactement la même somme que l'ensemble de l'écosystème FoodTech en 2020, soit 2,9 milliards d’€. C’est exceptionnel pour un secteur qui n’existait quasiment pas il y a deux ans.

  • Progression toute aussi impressionnante des fonds levés par les nouveaux distributeurs (Startups développant des plateformes e-commerce de livraison de courses, y compris des solutions de la ferme à la maison et la livraison depuis les magasins).


Cortilia, épicerie en ligne qui propose des produits qui viennent directement du producteur

Et voici l'exemple de Cortilia qui a une nouvelle approche de l'épicerie en ligne, avec une offre en direct du producteur. Dans chaque région, elle sélectionne les meilleurs agriculteurs et gère la logistique et la livraison au consommateur. Fondée en 2012 en Italie, elle a déjà levé 51M€.





Dans le domaine Foodscience

Ce qu’il faut retenir dans ce domaine c’est que les investissements dans les innovations alimentaires repartent à la hausse, notamment sur le court terme c’est-à-dire pour des innovations sur des produits ou des boissons mais il y a tout de même une progression des investissements sur le long terme avec des levées de fond concernant protéines alternatives et les ingrédients fonctionnels.


Lubs Food, la startup qui propose des collations et confiseries bonnes pour la santé

Et voici l’exemple pertinent de Lub Foods qui a déjà levé 139 millions d'euros depuis sa création en 2013 et qui s’est développée à l’échelle mondiale avec des innovations produits. Elle fabrique et commercialise des collations et des confiseries qui sont bonnes pour la santé.






Dans le domaine Foodservice

3 points clés à retenir :

  • Baisse des investissements dans les cloud Kitchens (Startups gérant des cuisines et les louant à d’autres entreprises pour leur permettre de cuisiner et gérer une offre en livraison).

  • Baisse également des investissements dans les restaurants virtuels (Startups proposant la livraison de plats élaborés dans leurs propres cuisines) qui avaient pourtant été des entreprises qui s’étaient multipliées en 2020 pendant la crise.

  • Hausse des investissements dans les innovations autour du paiement et des marketplaces B2B.


Choco, l'application qui met en relation les grossistes/fournisseurs et les restaurateurs

Et voici l’exemple de la startup Choco qui a déjà levé près de 150 millions de dollars pour sa plateforme qui digitalise la relation entre grossistes et restaurateurs.









Dans le domaine Supply Chain

Ce qu’il faut retenir de ce domaine c’est que les investissements stagnent de manière générale même si elle recouvre certains des enjeux les plus pressants des grands groupes agroalimentaires comme le packaging, la data ou encore la robotique.


Et voici l’exemple de Klimato, une startup qui aide les restaurants à indiquer l'équivalent CO2 de chaque élément de leur menu, ce qui pousse les consommateurs à choisir des repas meilleurs pour la planète.






Dans le domaine Consumer Tech

Ce qu’il faut retenir de ce domaine c’est qu’il y a une croissance significative des investissements. Ils sont notamment poussés par la volonté d'aider les consommateurs à adopter des habitudes alimentaires plus saines, de manière préventive ou curative grâce à la nutrigénomique : ce sont des startups utilisant des dispositifs de mesure et de suivi du microbiome et de la glycémie et grâce aussi aux systèmes de recommandation adaptés aux personnes souffrant de problèmes de santé.


Et voici l’exemple d’Oviva qui digitalise l’accompagnement des patients atteints de diabète de type 2 et de l'obésité grâce à une application les incitant à mettre en place de bonnes habitudes alimentaires et qui offre des soins personnalisés.








Voilà tout ce qu’il faut retenir de la Foodtech en Europe et ce à quoi on peut s’attendre pour l’année 2022 !



*Tous les chiffres sont tirés d’une étude réalisée par DigitalFoodLab, intitulée 2022, investissement, hubs et tendances, état de l’écosystème de la Foodtech en Europe.


Comentarios


bottom of page