top of page
  • Innovafood

ETAT DES LIEUX DES ACHATS DE FRUITS ET LÉGUMES PAR LES MÉNAGES FRANÇAIS EN 2022

Toutes les données utilisées dans cet article sont tirées du rapport réalisé par le CTIFL, intitulé Achats de fruits et légumes frais par les ménages français pour leur consommation à domicile.



Globalement, du fait du contexte d’inflation, les achats de fruits et légumes des ménages français ont diminué en 2022. Ils ont diminué en volume (-5,2%) comme en valeur (-3,6%). Les achats de fruits et légumes biologiques ont également diminué en volume (-11,2%) et en valeur (-10,1%).



1. Les tendances d’achats de fruits frais par les ménages


Les fruits frais sont divisés en 3 catégories : les fruits métropolitains (ex : kiwi, pomme, poire, fraise, abricot…), les agrumes et les fruits exotiques.


Concernant les fruits métropolitains, on remarque qu’il y a eu une baisse des quantités achetées (-1,7%) en 2022. Cette baisse est notamment due à une baisse des quantités achetées de pomme (-4,4 %), de poire (- 3,1 %) et de kiwi (-12,4 %). Cependant, dans cette catégorie, les fruits à noyau et les petits fruits rouges ont eux connu une augmentation de leurs achats, ce qui permet de limiter la baisse des quantités achetées dans cette catégorie. Pour les fruits à noyau, c’est le cas notamment des abricots (+ 19,5 %), des cerises (+ 39,7 %), des pêches-nectarines (+ 2,7 %) et des prunes (+ 3,6 %) qui ont vu leurs quantités achetées augmenter.


En outre, concernant les agrumes, comme pour les fruits métropolitains, les achats d’agrume ont diminué, en volume et en valeur, en 2022. Cette baisse est visible sur les achats de plusieurs agrumes. En effet, les achats d’orange s’établissent en deçà de leur moyenne sur 5 ans (- 9,5 %). Pour les clémentines-mandarines, le volume d’achat a diminué de 7,5% en 2022. Comme pour les oranges, les achats de citrons jaunes s’établissent très en dessous de leur moyenne sur 5 ans (- 16 %). Concernant les citrons verts, les quantités achetées ont diminué de 2,8%. Enfin, les achats de pomelo ont considérablement diminué en 2022 notamment en raison d’une taille de clientèle au plus bas (- 2 pts, à 37%).


Enfin, concernant les fruits exotiques, les quantités achetées sont assez diversifiées en fonction des fruits. En effet, le volume d’achat des bananes a diminué de 4% en 2022, celui des ananas a aussi très nettement diminué notamment à cause de la baisse de la taille de la clientèle (-6pts, à 34%) mais aussi de la baisse de la fréquence d’achat (-6,5%). Enfin, c’est aussi le cas pour la mangue puisque les quantités achetées ont diminué de 12% en 2022. A contrario, pour les avocats, les achats ont continué de progresser et ont même atteint leur plus haut niveau en volume (+ 12 % par rapport à la moyenne sur 5 ans).


Pour finir, voici le top des fruits concernant leur évolution en valeur entre 2021 et 2022 :




2. Les tendances d’achats de légumes frais par les ménages


Comme pour les fruits, les légumes sont divisés en 3 catégories différentes : les légumes feuillus et à tige, les légumes-fruits, et les racines, bulbes et tubercules. Au global, les quantités achetées de légumes frais ont diminué en 2022 avec un volume d'achat qui a diminué de 6,5%. Cependant, concernant les légumes de 4ème gamme (légumes prédécoupés comme les produits que nous proposons), les quantités achetées ont augmenté de 0,6% et les sommes dépensées ont également augmenté (+1,8%).


Pour les légumes feuillus et à tige, les quantités achetées ont globalement diminué. Effectivement, le volume d'achat des asperges a diminué de 12,9%. Quant au poireau, celui-ci a vu ses quantités achetées diminuer de 4,3% en 2022. Pour les brocolis et les choux pommés, le volume d’achat a diminué de 15%. Enfin, pour les salades, les quantités achetées ont diminué de 3,7%. A contrario, les artichauts et le chou-fleur ont vu leurs quantités achetées augmenter en 2022, respectivement de 14,6% et 8,2%.

Concernant les légumes-fruits, ceux-ci ont subi une forte hausse des prix ce qui a contribué à une baisse des achats en volume mais une augmentation des achats en valeur. Les quantités achetées de tomates ont diminué de 6%. C’est également le cas pour les courgettes (-12,5%) notamment à cause d’une forte augmentation des prix (+22,7%) en 2022. Pour les aubergines et les poivrons aussi la baisse des quantités achetées en 2022 est marquante (-10%). Enfin, pour le melon et la pastèque, les quantités achetées aussi ont diminué de 6,9% et de 3,2% respectivement.


Pour finir, pour les racines, bulbes et tubercules, le constat est le même, les quantités achetées ont diminué, en volume et en valeur, en 2022. Les quantités achetées ont nettement baissé pour les carottes (-5,3%), pour l’ail et l’oignon (-8%) ou encore pour les navets et céleris-raves (jusqu’à -18%).


Comme pour les fruits, voici le top des légumes concernant leur évolution en valeur entre 2021 et 2022 :




3. Les circuits de distribution des fruits et légumes frais


Maintenant que l’on a vu quels sont les fruits et légumes frais les plus et les moins consommés par les ménages français, intéressons-nous aux circuits de distribution dans lesquels ils achètent leurs fruits et légumes frais.


6 circuits de distribution ont été identifiés :

  • Les hypermarchés : le volume d'achat a légèrement diminué pour ce circuit (-2%), cependant, grâce à une progression du prix moyen d’achat, cela a permis aux dépenses de se maintenir et il a donc gagné des parts de marché (+1,1pts, à 31,1%).

  • Les supermarchés : ils ont vu leurs quantités achetées diminuer très nettement (-7,2%) ce qui leur vaut une perte de parts de marché (-0,5pts à 16,8%).

  • Enseignes à Dominante Marque Propre (EDMP, ex-Hard Discount) : ce circuit a gagné en parts de marché (+0,9 pt à 13,6 %) malgré une baisse du volume d’achat (-1,3%) et des quantités achetées (-6%). Cela s’explique par une forte augmentation de la taille de la clientèle (+3,5 pts à 65,5 % de ménages acheteurs).

  • Les marchés : Ils ont vu leur part de marché diminuer en 2022 (-1,3 pt, à 9,6 %) notamment à cause d’une forte baisse du volume d’achat (-15%) résultant, en autres, à une baisse de la taille de la clientèle (-2,1 pts, à 27,1 % de ménages acheteurs).

  • Les commerces spécialisés : leur part de marché a augmenté (+0,3 point à 12,7 %), cependant, au sein de ce circuit, les évolutions sont hétérogènes puisque les primeurs traditionnels ont vu leurs parts de marché diminué (-0,7 point à 6,6 %) tandis que les Grandes Surfaces Frais (GSF) ont connu une augmentation de leur part de marché (+0,9 pt à 6 %).

  • Les magasins de proximité : ceux-ci ont également subi une baisse de leurs parts de marché en 2022 (-0,3 pt, à 7,4 %). Cette baisse peut s’expliquer, en partie, par la diminution des quantités achetées (-7,6 %) et du volume d’achat (-10,9 %).


En conclusion, les ménages français effectuent leurs achats de fruits et légumes frais principalement dans les hypermarchés et supermarchés au profit notamment des marchés et des magasins de proximité qui sont eux délaissés.




4. Les profils des acheteurs de fruits et légumes frais


Pour finir, on va s’intéresser aux profils des acheteurs de fruits et légumes frais, afin de voir ceux qui en consomment le plus et le moins. A noter, qu’en 2022, les quantités moyennes achetées ont diminué chez tous les profils de ménages.


Les plus gros consommateurs de fruits et légumes frais sont les sexagénaires et les septuagénaires. Ils représentent 44,5 % du volume des achats de fruits et légumes frais. En 2022, les sexagénaires ont acheté, en moyenne, 211kg de fruits et légumes, c’est 234kg pour les septuagénaires tandis que la moyenne des ménages français est de 165kg. C’est chez ce type de consommateurs que la baisse du volume d’achat a été la moins importante (-3 % et -2 %).



A contrario, les jeunes, les quadragénaires et les familles avec bébé ou enfant sont ceux qui achètent le moins de fruits et de légumes frais. En 2022, pour les jeunes, le volume d’achat était de 89kg, pour les quadragénaires et les familles avec un bébé, le volume était de 114kg et enfin pour les familles avec un enfant, c’était de 126kg.


Enfin, les quinquagénaires et les familles avec adolescent/jeune adulte ont un niveau d’achat qui se rapproche de la moyenne nationale, avec respectivement 174 kg et 170 kg par ménage en 2022.


La réduction du volume d’achat la plus importante a été observée chez les quadragénaires (- 12,5 %). Pour les autres catégories, les baisses de quantités achetées ont été comprises entre -5 % et -9 %.


Comentarios


bottom of page